fr     

Entourés d’oliviers verts et juteux, quelques bâtiments blancs solitaires brillent sous le soleil grec, tandis qu’en arrière-plan, les majestueuses collines de la Crète s’élèvent. En regardant vers le nord, une splendide vue sur les ondes bleu foncé de la Méditerranée ravit l’esprit.

Il est vrai, en émigrant en Crète, les deux membres de Soliswiss Claudia et Marco Didone ont réalisé le rêve de leur vie. L’enseignante de physique et l’enseignant de mathématiques ont abandonné leurs calculatrices de poche en 2016, et sont allés s’installer dans l’Europe du Sud pour ouvrir la location de vacances entre de vacances «WeCrete». Les Didone ont ainsi osé faire ce dont beaucoup de gens parlement seulement : ils ont quitté le train-train quotidien pour donner une tournure complètement nouvelle à leur vie.

Néanmoins, la route les conduisant vers cette île mythique était une odyssée. Les Didone n’ont pas été épargnés par les défis typiques que pose l’émigration, tels que la bureaucratie, les différences culturelles ou des problèmes de communication liés à la barrière linguistique.

En tant que famille, cependant, les Didone ont été confrontés à un défi supplémentaire : leur première fille, Sofia, n’avait que trois ans et demi au moment de l’émigration. Cela a soulevé d’importantes questions : pourra-t-elle se faire des amis ? Comment s’adaptera-t-elle à la langue étrangère ? Sera-t-elle capable de tenir le rythme au jardin d’enfants et, par la suite, à l’école ?

Face à ces préoccupations et à d’autres semblables, de nombreuses familles ont déjà dû renoncer à leur rêve d’émigrer. Les Didones, quant à eux, se sont accrochés à leur cause – et ils ont été

 

Planification, persévérance et volonté de compromis : les conditions pour une émigration réussie

      
Images: Kate Marcellino (à gauche) & Stefan Kunze (à droite) @ unsplash.com

En conversation avec Marco Didone, une chose devient rapidement claire : une planification consciencieuse est la clé d’une émigration réussie, et ce d’autant plus lorsque des enfants sont impliqués. La physicienne et le mathématicien ont méticuleusement planifié ce projet gigantesque pendant près de deux ans. Ainsi, ils ont tenu compte du « facteur enfant » dans leurs calculs dès le début.

Par conséquent, les besoins familiaux étaient au centre des considérations déjà au moment du choix du futur lieu de résidence. D’une part, le but de leur émigration était d’établir une location de vacances au milieu de la nature de la Crète. Les hôtes devraient pouvoir profiter de la beauté de l’île, savourant la tranquillité paisible loin des fiefs touristiques bondés. Mais la propriété ne devait pas non plus être trop éloignée : «Nous voulions que nos filles grandissent dans un bon environnement ». En d’autres termes, leurs enfants devraient pouvoir aller à l’école et rencontrer des amis sans trop de difficultés.

Grâce à leur persévérance et avec un peu de chance, les Didone ont finalement découvert le site parfait : Malgré la tranquillité et l’isolement relatif du terrain, il n’est qu’à deux pas de la ville la plus proche, Kissamos. Cependant, les jeunes parents devaient faire certains sacrifices: à cause de l’offre modeste de transports publics, ils doivent conduire Sofia à l’école. Mais avec ce compromis, les Didone ont réussi la quadrature du cercle: d’une part, l’école et les amis des filles sont proches, d’autre part, l’endroit est idéal pour les hôtes cherchant la proximité avec la nature.

 

«Au début, Sofia avait de la peine à s’acclimater»

Malgré une planification méticuleuse, on ne peut jamais être complètement préparé pour toute éventualité. Sofia, par exemple, avait initialement des difficultés: «Au début, elle avait certainement de la peine à s’acclimater à ce nouvel environnement, surtout parce qu’elle est timide déjà par nature. En fait, elle était très taciturne pendant les premiers mois.» Marco recommande donc fortement d’investir dans les compétences linguistiques de l’enfant – mais aussi des parents – le plus tôt possible. «Sans bonne connaissance de la langue étrangère, il est presque impossible de trouver des amis, de suivre à l’école et de s’intégrer en général.»

Grâce au soutien professionnel des enseignant-e-s et d’une orthophoniste, Sofia a entretemps surmonté cet obstacle. «Aujourd’hui, elle est aussi turbulente que les enfants grecs… elle est bien populaire, parle sans arrêt et peut facilement suivre à l’école. En fait, c’est maintenant nous qui lui demande de nous expliquer le sens d’un mot grec que nous ne comprenons pas. »

En novembre 2016, leur deuxième fille, Lucia, est née. Comme elle est venue au monde en Crète et qu’elle n’a donc aucun lien particulier avec la Suisse, elle n’aura pas à faire face aux défis résultant du processus d’émigration – un grand soulagement pour elle, mais aussi pour Claudia et Marco. Lucia a aujourd’hui deux ans et demi et va à une crèche deux fois par semaine.

Les Didone y sont arrivés. Leur maison ainsi que la location de vacances sont prêtes, l’occupation des appartements destinés aux hôtes se développe positivement, et les enfants sont également heureux avec leur nouveau pays – en tout cas, la Suisse ne leur manque pas. En fait, c’est en particulier Sofia qui a bien démontré que l’émigration peut vraiment faire du bien aux enfants : l’écolière, avec ses six ans et demi, est maintenant beaucoup plus ouverte, sociale et indépendante, nous explique Marco, avec une grande fierté dans sa voix.

Émigrer – un projet qui pour beaucoup de familles restera un rêve, souvent à cause de soucis concernant leurs enfants. Bien entendu, il ne faut pas sous-estimer les défis auxquels sont confrontées les familles entendant émigrer. Cependant, l’histoire des Didone nous prouve de façon impressionnante que c’est tout à fait possible, à condition que l’on se voue à une planification consciencieuse et à une considération inlassable des besoins des enfants. Dans ce contexte, les Didone ont également recouru aux services de Soliswiss, notamment en ce qui concernait leurs questions sur les assurances. «Soliswiss nous a toujours donné de bons conseils et une valable sécurité supplémentaire, surtout par rapport à nos soucis parentaux.»

Vous rêvez aussi de vous aller installer à l’étranger? Nous vous soutenons volontiers dans tous vos projets d’émigration – soi avec famille ou sans.

Pour plus d’informations, voir aussi notre article sur l’émigration avec des enfants.

  • Membre Soliswiss

Notre objectif est de promouvoir l'idée de la solidarité et d'être là pour les Suissesses et les Suisses de l'étranger en tant que "votre Suisses à l'étranger".


    En savoir plus